Lait noir de l'aube

J'ai travaillé ici sur la nécessité du visage et du figurable dans nos rapports avec autrui et dans notre sentiment d’exister. Me référant à un contexte de guerre et d’après-guerre, ce projet présente une série de portraits sur le thème des grandes défigurations de l’homme par l’homme, où l’autre est anéanti. J’ai peint la difficulté de dire et de comprendre le sens et le non-sens de certains événements, les états et les prises de conscience qui s’amorcent quand les horizons du monde s’ouvrent sur de nouvelles perceptions. Le visage et les mains des personnages dominent l’espace des tableaux. Dessinée au fusain, la toile est légèrement peinte et grattée à l’acrylique. De petites bandes oxyde rouge témoignent des blessures et des multiples niveaux d’êtres qui vivent en nous. Ma préoccupation dans ce projet fut aussi celle de la transmission, de ce que l’histoire transmet d’une génération à l’autre.

Suzanne Lafrance

© 2020 Suzanne Lafrance. Tous droits réservés.